Éditorial : Les Temps qui restent pour le Nouveau Front populaire

Les Temps qui restent ont entendu l’appel, formulé par plusieurs responsables politiques de gauche et écologistes dès l’annonce de la dissolution par le Président de la République, à la mobilisation de la «société civile» dans le travail de construction d’un «Front populaire» et se félicitent que les fondements en aient été posés rapidement par les principales forces politiques concernées. Cette initiative devra proposer, dans l’urgence, une alternative de gouvernement pour les trois prochaines années, permettant d’interrompre la marche de l’extrême-droite vers le pouvoir et son instrumentalisation mortifère par le camp présidentiel.

Nous souhaitons nous associer sans réserve à cette initiative. Nous appelons tous les responsables politiques à établir des accords de désistement dans toutes les circonscriptions et à soutenir sans arrière pensée, ni calcul hasardeux, la démarche d’unité qui vient d’être esquissée. Nous observerons les prises de position des responsables politiques dans les prochains jours avec une attention particulière.

En tant qu’actrices et acteurs de la « société civile », nous nous déclarons prêtes et prêts à nous associer à toute démarche qui permettra, d’abord, de faire aboutir la proposition d’un tel « Front populaire » dans les urnes, puis de la faire vivre et de l’enrichir tout au long du mandat qui sera le sien, en vue de la construction d’un projet politique de plus long terme, qui devra faire l’objet d’une clarification lors des prochaines échéances présidentielles (qui pourraient, elles aussi, arriver plus tôt que prévu). Nous croyons nécessaire que toutes les forces sociales, au-delà des seuls appareils politiques, contribuent à opposer à la montée de l’extrême-droite, et à son instrumentalisation systématique par le Président de la République, une mobilisation collective massive, diversifiée, inventive et déterminée.  

La seule existence des Temps qui restent nous semble témoigner de la possibilité du dépassement des clivages supposés déchirer la gauche. Nous sommes en effet un collectif composé de personnes de formations intellectuelles différentes, de sensibilités politiques, spirituelles, esthétiques, différentes, de générations différentes, de langues différentes, universitaires mais aussi non-universitaires. On trouve, parmi nous, des philosophes et des informaticiens, des géochimistes et des poètes, des avocates et des vidéastes, des psychanalystes et des sociologues. Nous n’avons sans doute pas glissé les mêmes bulletins de vote dans les urnes lors des dernières années. Nous n’avons peut-être même pas la même conception de ce que doit être la place de l’acte électoral dans la vie politique. Mais nous partageons la conviction d’une urgence à se mobiliser pour mettre les forces sociales devant leurs responsabilités réelles, afin de leur permettre de décider en conscience du visage qu’elles dessineront à la surface de la Terre dans les prochaines décennies, comme l’indique le projet éditorial de la revue autour de laquelle notre collectif s’est constitué (https://lestempsquirestent.org/fr/projet-editorial/le-projet). 

Nous constatons avec effroi que la politique menée par les différents gouvernements ces dernières décennies, mais particulièrement aggravée par Emmanuel Macron en France, ne permet pas du tout cette clarification du jeu démocratique. Elle donne au contraire le sentiment d’une instrumentalisation tactique à courte vue, n’ayant comme objectif que de se donner le semblant de légitimité électorale nécessaire pour poursuivre un programme politique qu’on sait d’avance dépourvu d’avenir et dont on constate les échecs à tous les niveaux : social, écologique, démocratique et même géopolitique. Nous croyons que cette stratégie est précisément celle qui nourrit la montée de l’extrême-droite, car elle alimente le sentiment d’une absence de prise démocratique sur les dynamiques historiques à l’œuvre. Nous pensons que seule l’alliance de la justice sociale, de l’exigence écologique et de l’approfondissement démocratique permettra d’introduire un peu de clarté dans la manière dont l’avenir se construit dans le présent. Il nous semble évident que le nuancier des forces de gauche tel qu’il existe aujourd’hui permet de construire cette alliance. C’est pour cette raison que nous nous engageons sans réserve en faveur du succès du « Front populaire » dont les bases viennent d’être posées. 

Dans les jours qui viennent, nous allons lancer plusieurs initiatives pour contribuer, dans la mesure de nos moyens, à cette alliance. Mais nous souhaitions affirmer, au lendemain de ces élections désolantes pour l’Europe entière, et de la décision singulièrement irresponsable du chef de l’État, l’existence d’une volonté, dans le corps social, de se mobiliser activement et largement pour construire cette alliance sociale, écologique et démocratique des gauches unies, qui est la seule alternative au retour de l’extrême-droite au pouvoir. Nous ouvrons dès aujourd’hui un dossier intitulé «Pour une union sociale, écologique et démocratique», où nous publierons des contributions susceptibles d’éclairer le débat public sur cette question. Nous invitons toutes les personnes et tous les collectifs qui se reconnaissent dans cette exigence adressée à la société civile de contribuer à cette dynamique, de nous envoyer leurs propositions de publications, d’actions ou d’événements (contact@lestempsquirestent.org).

Le Comité exécutif et le Conseil des Temps qui restent

(Ont plus particulièrement participé à la rédaction de ce texte: François Andrieux, Emily Apter, Michel Arbatz, Etienne Balibar, Anna Barseghian, Louis Bidou, Juliette Blamont, Jean Bourgault, Déborah Brosteaux, Déborah Bucchi, Erik Bullot, Nathalie Cau, Marianne Carpentier, Arto Charpentier, Alyne Costa, Donatien Costa, Sophie Cras, Laetitia Delafontaine, Esther Demoulin, Gabriel Dorthe, Divya Dwivedi, Jeanne Etelain, Jérôme Gaillardet, Bastien Gallet, Tristan Garcia, Juan Luis Gastaldi, Ana Maria Gomes, Alexis Gonin, Emmanuel Grimaud, Haud Guéguen, Jeremy Hamers, Laurent Jeanpierre, Dominiq Jenvrey, Stefan Kristensen, Lissa Lincoln, Silvia Lippi, Camille Louis, Emmanuelle Loyer, Catherine Malabou, Martial Manet, Patrice Maniglier, Éric Marty, Zoé Mary-Roulier, Anne Mélice, Shaj Mohan, Lucile Mons, Vanessa Morisset, Frédéric Neyrat, Pierre Niedergang, Grégory Niel, Agathe Nieto, Rodrigo Nunes, Julien Pallotta, Luca Paltrinieri, Dimitra Panopoulos, Luc Pellissier, Catherine Perret, Philippe Petit, Sébastien Pluot, Mathieu Potte-Bonneville, Matteo Pratelli, François Provenzano, David Rabouin, Sinziana Ravini, Kianush Ruf, Warren Sack, Martin Savransky, Jim Schrub, Pierre Schwarzer, Nikolaj Schultz, Juliette Simont, Sarah Streliski, Anne-Christine Taylor, Stéphane van Damme, Romain Vielfaure, Pierre Vinclair, Eduardo Viveiros de Castro, Jean-Baptiste Vuillerod, Peter Wagner, Mathieu Watrelot, Marine Yzquierdo.)